Andy Goldsworthy

Biographie de l’artiste

Andy Goldsworthy naît dans le Cheshire le 26 juillet 1956 et grandit à Leeds dans le Yorkshire. Dès l’âge de 13 ans, il travaille dans des fermes et cette expérience l’influence profondément. Il découvre la beauté des matériaux naturels façonnés par l’homme, comme les sillons dessinés par le tracteur dans le champ, ou le mélange des objets de la ferme avec les pierres. La brutalité très visuelle de la campagne marque également ses conceptions artistiques, par ses observations quotidiennes d’animaux morts, ou de chiens attaquant les moutons. Plus tard, il compare le caractère répétitif du travail paysan à la routine de la sculpture :

«Une bonne partie de mon travail ressemble à la cueillette des patates ; il faut rentrer dans son rythme. »

Goldsworthy va ensuite successivement habiter dans le Yorkshire, le Lancashire et en Cumbrie avant de s’installer plus au Nord encore, en Ecosse, dans le Dumfriesshire. Depuis 1986, il réside dans le village de Penpont où il a installé son atelier dans un ancien grenier en pierre. Artiste de renommée internationale, Goldsworthy travaille depuis les années 70 dans de multiples pays et paysages.

Démarche artistique 
Dès son entrée aux Beaux-Arts en 1974, Andy Goldsworthy se sent « comme doivent se sentir les oiseaux avant leur première migration : la puissante impression qu’ils doivent maintenant partir pour des lieux où ils n’ont jamais été auparavant ». Il décide alors de sortir de l’espace clos de l’atelier pour travailler en extérieur et y développer « une perception de plus en plus aiguë de la terre ».

Plus qu’un simple atelier, la nature est au cœur de son travail : dans le choix des matériaux avec lesquels il créé comme dans l’acceptation du cycle naturel de croissance et de décomposition qui fait que tout est mouvement, changement, flux. Le temps est de ce fait un élément essentiel de son travail artistique. S’il est plus prégnant dans ses œuvres éphémères où la décomposition de l’œuvre n’est parfois que de quelques secondes, il n’en est pas moins présent de ses œuvres « pérennes » qui subissent une entropie naturelle que l’artiste ne souhaite pas empêcher.
Les œuvres d’Andy Goldsworthy ne sauraient toutefois se réduire à la « nature » des matériaux employés et aux processus naturels qui les traversent. « Mon travail est tellement enraciné sur place qu’on ne peut le séparer de son lieu d’élaboration : le travail est le lieu ». Prendre en compte la « nature du lieu », c’est aussi prendre en considération son histoire. Ceci explique que les œuvres d’Andy Goldsworthy prennent souvent racine dans l’histoire humaine des sites dans lesquels il travaille : « En plaçant mon travail dans un lieu où quelque chose existe déjà, où des hommes ont déjà vécu, ma vie et mon art sont mis en contexte. Je considère le paysage comme une succession de couches dont je serais la dernière strate. Je m’identifie à la géologie et à la façon dont les êtres déposent leur présence et leur vie par strates successives qui font la richesse d’un lieu ».

Refuge d’art: la plus vaste collection au monde des œuvres d’Andy Goldsworthy réunies dans un même espace: le territoire dignois en Haute Provence

Refuge d’Art est une seule œuvre d’art à « parcourir » en une dizaine de jours de marche. Conçu par l’artiste britannique Andy Goldsworthy en partenariat avec le Musée Gassendi et la Réserve Géologique de Haute-Provence, ce parcours unique en Europe traverse sur 150 km les paysages exceptionnels de la Réserve et allie de façon singulière l’art contemporain, la randonnée et la valorisation du patrimoine naturel et culturel.

Reliant trois Sentinelles (cairns en pierre sèche réalisés par l’artiste au coeur de trois vallées), le trajet emprunte d’anciens chemins et croise les traces d’une vie agricole autrefois intense. Andy Goldsworthy a souhaité ponctuer ce parcours de Refuges, d’anciens habitats en ruine appartenant au petit patrimoine rural non-protégé (chapelles, fermes, jas…) qui ont été restaurés pour abriter les randonneurs le temps d’une halte ou d’une nuit. Une sculpture conçue spécifiquement dans chacun de ces sites fait désormais partie intégrante du bâti.

Le territoire dignois dispose désormais de la plus vaste collection au monde des œuvres d’Andy Goldsworthy réunies dans un même espace, un espace public que chacun est invité à arpenter. Loin d’une approche « boulimique » de la culture, Refuge d’Art se découvre au fil des jours, au rythme souvent d’un Refuge ou d’une Sentinelle par journée de marche.

« La sculpture ici ce n’est pas seulement la pierre, c’est la maison, c’est tout le parcours »

Documentaire sur l’oeuvre d’Andy Goldsworthy en Haute Provence : « Rivers and Tides »

Source:

Site Internet : Refuge d’art, un site totalement dédié à Andy Goldsworthy et son travail en Haute Provence.

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :